christellehauteville

Accueil/Christelle Hauteville-Chadorla

À propos de Christelle Hauteville-Chadorla

Formatrice, Thérapeute et Philosophe en “Liberté intérieure” dans une approche bi-culturelle alliant l'état d'esprit français et la sagesse bouddhiste himalayenne.

Des changements dans ce que je fais, vois, pense…

Ludovic

 » Merci Christelle, il n’y a plus qu’à mettre en pratique ! En tout cas, ce week-end* n’a pas été sans effet. C’est comme si tout ce dont on a parlé venait s’immiscer dans chaque chose que je fais, que je vois, que je pense… Qu’est-ce que ça va être après 6 week-ends ! 🙂 Encore merci, »

* 1er module de 3j de la formation Libération des kleshas

Formation Méditation introspective, 29, 30, 31 octobre 2021

Formation à la méditation introspective les 29, 30 et 31 octobre prochains.
Cette formation laisse une belle place aux enseignements pour ceux qui ont besoin de comprendre sans omettre des temps de pratiques formelles et d’échanges sur votre pratique, vos difficultés, vos réussites, vos questionnements -> afin de poursuivre votre pratique chez vous dans de bonnes conditions.
Cette formation est le premier module d’une formation sur un an « Libération des kleshas (conditionnements) ». Vous vous inscrivez uniquement au module « Méditation introspective » ou vous raccrochez le groupe pour la formation complète.

DESCRIPTION
Cette formation vous apprendra à entrer en soi, demeurer, observer, se connaitre, et lâcher. Vous expérimenterez comment faire cela, et sur quoi vous focaliser pour libérer les kleshas.  C’est la base du travail de libération intérieure.
Programme des 3 jours :
– Les apports de la méditation introspective
– Posture et étapes à suivre pour s’installer en introspection
– Les points d’attention et les solutions pour dépasser les difficultés dans votre méditation
– L’entrainement de votre esprit : comment et quoi observer en vous. Avoir les points de repères nécessaires à une bonne pratique.
– Un nouveau rapport à soi et au monde : changer vos relations et vos perceptions
– Comment évaluer les résultats de votre pratique pour la faire évoluer
Fil rouge sur les 3 j : Temps de pratique formelle et d’échanges

TARIF pour ces 3j -> 445€

Si vous souhaitez raccrocher la formation « Libération des kleshas / conditionnements » -> toutes les informations dans la présentation de la formation (-10 % sur le tarif formation complète)

A-normalité, où en êtes-vous ?

« Tout est possible, même le pire ! ». Je fus sidérée, littéralement, d’entendre cela un jour où je suggérais que tout était possible dans la vie, dans l’idée que nous étions plus libres que nous le pensions, que tout était possible, même le meilleur. J’ai compris à cet instant une composante fondamentale de la psyché : il faut réduire le champ des possibles car trop de possibles, trop de liberté, est anxiogène. Nous le constatons autour de nous : nous mettons en place des conformités, des certifications, des normes sociales, professionnelles, morales… pour rendre la vie plus sûre, pour que chacun puisse croire qu’ici, c’est connu et reconnu et qu’il peut y aller sans risque.
Pour moi, c’est l’inverse. C’est l’obligation de suivre une voie tracée par d’autres qui alimentait mon anxiété. Allais-je un jour pouvoir faire ce qui me semble juste ? Allais-je pouvoir vivre selon mon sens des vertus ? Allais-je pouvoir m’extraire des carcans, d’une morale et d’une conformité qui me semblaient plus anormaux que normaux ?
Mais qu’est-ce qui nous empêche d’explorer le monde et tous nos possibles avec l’esprit d’aventure et de découverte ? Rien, si nous n’avons pas peur de sortir de la normalité toute factice, floue et illusoire qui nous invite à faire comme les autres (en apparences !).
Je l’ai fait. Sortir de la normalité, c’est à la fois grisant, déstabilisant et quelque peu effrayant. Nous entrons dans l’inconnu et nous créons notre vie pas après pas. Mais une fois habitué à suivre notre conviction intérieure, quel soulagement ! Quel bonheur ! Tout devient plus juste. La normalité s’inverse. Nous nous sentions anormal au milieu de la normalité ambiante. Nous sommes devenu normal au sein de notre propre référentiel, et peut-être même avons-nous contribué à réinventer la normalité ambiante, au moins l’avons-nous influencée pour qu’elle intègre plus de possibles.
Et vous, vous sentez-vous normal ? Anormal ? Un anormal qui cherche sa normalité ? Un normal qui s’est éteint dans la normalité ? Ou bien vivez-vous déjà votre propre normalité, différente de celle des autres, en toute simplicité peut-être ?
Christelle Hauteville-Chadorla

Des formations en présentiel et en petits groupes pour s’adapter au mode de compréhension de chacun

Pourquoi je maintiens mes formations uniquement en présentiel et en petits groupes ? Pour maintenir la qualité de transmission et d’accompagnement de chaque stagiaire. Parce ce que l’enseignant et formateur doit faire dérailler les choses et bouleverser la norme à des endroits et à des moments inattendus. C’est en étant présent à ce qui se déroule pendant la formation et en piquant au bon moment à l’endroit exact où l’illusion fourvoie, où l’incompréhension voile, où l’émotion dévie… que l’enseignant fait se révéler ce qui était inaccessible.
Christelle Hauteville-Chadorla

Sagesse et liberté

Un jour on m’a dit « Merci d’avoir créé cette école pour apprendre et développer la sagesse qui est en nous. Je vis à 500km, et je viens parce que quelque chose en moi me pousse. C’est ici, c’est maintenant.» Quand on écoute notre sagesse intérieure, elle sait.

La sagesse n’est autre que la sortie de nos illusions. Il s’agit d’utiliser les connaissances pour nous libérer de nos conditionnements. L’apprenti sage développe 3 talents : 

  • NOUS POSER, ARRETER DE NOUS DISPERSER et pour cela méditer. Pour un apprenti sage, méditer consiste à calmer son esprit, puis dans un second temps à laisser la clarté et le savoir non conceptuel s’élever.
  • NOUS PROTEGER NOUS-MEME, à la fois nous protéger de nous-même et nous protéger de l’extérieur en faisant appel à notre propre SAGESSE DE LA REFLEXION, notre capacité d’analyse pour regarder avec conscience les qualités et défauts de chaque chose.
  • ETRE NOTRE PROPRE MAITRE. Ce troisième talent est le résultat de l’entrainement des deux premiers. Nous devenons notre propre maître en étant maître de nous-même, ne cédant plus aux impulsions, aux sensations, aux pensées limitantes ou récurrentes. Cette maîtrise ne contrôle pas, elle est force tranquille, vigilance bienveillante de chaque instant, présence authentique sans intention personnelle.

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

Conscience primordiale, conscience individualisée / moi, kleshas, karmas

« Notre esprit vide, clair et connaissant, est encore appelé « Potentiel de conscience primordiale ». Ce potentiel de conscience primordiale est comparable à une eau pure. Si on mêle de la terre à cette eau pure, elle devient boueuse. De façon comparable, du fait de l’ignorance fondamentale, le potentiel de conscience primordiale est réduit à un « potentiel de conscience individualisée ». Cette intervention de l’ignorance constitue le « voile de l’ignorance innée » : l’esprit ne reconnait pas sa propre nature. 

De ce fait, se forme la notion de « moi » et « autre » : le voile de la dualité, qu’on appelle aussi « ignorance déterminée » ou bien encore « voile des conditionnements latents ». L’esprit ne reconnaissant pas sa propre nature comme vide, installe à la place de ce vide (NDLR plein de potentiels) un « je », le « sujet », auquel il s’identifie ; ne reconnaissant pas les manifestations (NDLR les phénomènes gravitant autour du je) comme étant sa propre clarté, il les conçoit comme « autres », comme « objets ».

Puis, entre les 2 pôles de cette dualité moi-autres apparaissent des perturbations internes (NDLR kleshas ou afflictions racines) en premier lieu l’attraction (désir) et la répulsion (colère), automatiquement accompagnées de l’aveuglement (ignorance) qui ne reconnait pas leur nature vide. A partir de ces 3 poisons de base se développent de nombreuses ramifications, 84000 au total, qui constituent les « voiles des perturbations ».

Sous leur emprise, nous accomplissons des actes négatifs nombreux et variés formant « le voile du karma ».

« Kalou Rinpoché (ancien) – Esprit, vacuité et clarté – tiré de l’anthologie des éditions Claires lumières « La Vacuité ».

Explorer : aller plus loin que là où l’on est déjà

Un jour, une dame habitant le sud de Bourges m’a dit « Où exercez-vous ? De l’autre côté de la gare ? Oh ! non c’est trop loin pour moi.» (Temps approximatif 10mn)
Comment faire un travail de libération intérieure quand nous ne pouvons pas aller plus loin que là où nous sommes déjà ? Faire un travail en soi, et d’autant plus un travail de libération profonde de nos tendances et conditionnements, nécessite de sortir de nos repères, d’aller voir ce que nous refusions de regarder jusque là.
Sommes nous prêts si faire un déplacement de 10mn est déjà un effort trop grand que nous abandonnions ? Non, bien sûr.
Sommes-nous prêts si juste l’idée d’aller au-delà la gare (un quartier où elle n’était jamais allée) vous procure peur et rejet ? Comment réagirions-nous en voyant des aspects inconnus de nous-même ? En refusant de les voir bien sûr.
Alors si vous êtes prêts à faire plus de 10 mn de voiture pour vous rendre dans un quartier que vous ne connaissez pas, sachez que c’est déjà un très bon point de départ pour jouer les explorateurs en votre propre monde intérieur et tenter l’aventure de la liberté intérieure.
Bienvenus dans l’aventure de la liberté intérieure à toutes les exploratrices et autres baroudeurs de leur propre esprit.
Christelle Hauteville-Chadorla

Personne n’est disqualifié d’office

Un jour, on m’a dit « Tu n’aurais pas du écrire dans ton livre que tu avais commencé ta scolarité par un BEP. » Voilà, c’est dit ! La sagesse est réservée à une élite. Même si ensuite j’ai obtenu un Bac+5, mes débuts scolaires m’ont discriminée. C’est dans notre naissance et dans notre cursus scolaire que les meilleurs se révèlent ! Une belle croyance française et plus généralement humaine.

Dans cette phrase, j’ai entendu 3 voir 4 kleshas (afflictions racines de l’esprit) à l’œuvre :

  • l’ignorance : il y a beaucoup de sagesse chez les inadaptés scolaires et sociaux, une sagesse qui voit et ne comprend pas ce que les autres acceptent aveuglément. Ils excellent souvent dans leurs domaines de prédilection, car ils les auront choisis en conscience.
  • l’orgueil et la compétition : si les grandes réussites de ce monde incarnaient la sagesse, le monde serait meilleur, qu’en dites vous ? 
  • le désir et l’attachement : le désir de s’inspirer d’êtres aux vies exceptionnelles. Heureusement de tels êtres existent mais d’autres aux vies qui nous semblent plus communes peuvent aussi inspirer. 

Celui qui a fait l’expérience de la vie comme nous et qui a su se libérer de ses kleshas sera au contact même de ceux qui en souffrent. Il saura trouver des mots concrets, il saura comprendre ce que l’autre traverse et l’accompagner à chaque étape.

Tout est juste. Tout est complémentaire et interdépendant. La nature de Bouddha est en chacun de nous.

Ce qui m’a toujours motivée et poussée, c’est la conviction que la sagesse et l’esprit d’éveil sont en toute personne, quels que soient notre pays et notre famille de naissance, nos études et nos diplômes, notre travail, notre culture, notre niveau de vie ou notre niveau social. 

La sagesse et l’esprit d’éveil, c’est savoir utiliser notre bagage de départ comme tremplin vers la liberté intérieure.

Personne n’est disqualifié d’office.

Et vous, pensez-vous que votre vie vous disqualifie? Seuls vos pensées et votre manque de sagesse peuvent vous disqualifier.
Ne laissez personne vous dire ce à quoi vous pouvez aspirer. Ce que l’autre pense et dit n’est que le reflet de son esprit. Il parle de lui. Pas de vous. Continuez, persévérez sur votre chemin d’éveil, sans vous encombrer des limites des autres.

Christelle Hauteville-Chadorla 

Une enseignante-mère

Bassil

 » Je voulais vous dire que j’ai beaucoup de reconnaissance envers vous, ces nagas et moi-même, nous nous sommes fait du mal par méprise (NDLR : expérience de libération vécue en séance)… Et vous avez été là, vous nous avez sauvé, disons la vérité … Vous savez, vous êtes une enseignante-mère, une qui a beaucoup d’enfants. Malgré les erreurs que nous faisons vous nous soignez, nous protégez, nous enseignez, nous responsabilisez, sans attachement, dans un amour juste. Quand vous êtes là, vous êtes là. Les mots me manquent pour vous exprimer ma gratitude mais elle est belle et bien présente.😊« 

Go to Top