Différence entre vies antérieures et karmas

Une fleur est-elle la graine ? Non, bien sûr. Et pourtant l’une n’existe pas sans l’autre. La fleur est la manifestation vivante de la graine. La graine porte en elle l’intention de vie, l’essence de la fleur. Mais si cette graine ne rencontre pas des conditions favorables telles qu’un sol fertile, du soleil, de l’eau, la fleur ne nait pas. Par contre quand ces conditions sont réunies, la fleur germe, éclos, se fane et finit par disparaître après avoir semé une autre graine de même nature. L’année suivante, une nouvelle fleur germera de cette graine. Est-ce la même fleur ? Non. Est-elle totalement autre chose ? Non plus. Elle est la continuité.

Karmas et vies antérieures s’enchainent de la même manière. Les karmas sont les intentions qui ont été semées à chacune de nos paroles, actions, pensées. Les vies, les êtres sont les manifestations de ces intentions, de ces karmas. Les karmas sont à l’origine de ces vies et ils leurs donnent des formes particulières, des conditions favorables ou défavorables, des croyances et formes de compréhension, des potentiels uniques, des qualités actives ou en sommeil, des lieux de vie riches ou asséchés, en paix ou en guerre…

Dans cette compréhension, pour travailler sur nos karmas et transformer la structure fondamentale, nous devons voir au-delà de nos vies antérieures pour aller dans les intentions semées. Voir nos vies antérieures, si l’égo est absent, peut être bénéfique et apporter un apaisement immédiat, et même une guérison physique ou mentale dans cette vie. Mais c’est comme donner du poisson à une personne qui a faim, cela apaise sa faim mais ne lui apprend pas à pêcher.  Si nous avons la possibilité de lui apprendre à pêcher, c’est mieux. Tant que nous n’avons pas compris les intentions que nous posons d’instant en instant (comme la fleur et la graine), il y aura vie. Et cela recommence, encore et encore. Il est donc nécessaire d’apprendre à voir nos intentions, nos karmas pour faire d’autres choix.

Pour transformer les karmas à l’origine de notre constitution fondamentale, nous entrons à l’intérieur des motivations profondes qui nous poussent à agir, parler, penser : comment la colère ou la compétition s’est-elle installée dans notre continuum de conscience pour subir une rétribution karmique de répression par exemple ; comment l’avidité ou la perte de la générosité nous ont menées à vivre la famine ; comment l’orgueil et le chérissement de soi nous conduisent dans des vies où les relations sont vides, où nous nous sentons seuls et mal aimés ; comment le désir nous mène à l’insatisfaction permanente et finit par nous ôter toute possibilité de paix intérieure. En somme, comment nous avons laissé des émotions perturbatrices voiler, réduire les qualités naturelles de l’esprit telles que l’amour, la générosité, la compassion, la joie, la vigilance, la sagesse, le contentement…

Il existe 2 chemins pour modifier structurellement notre karma. La voie extérieure et la voie intérieure.

-> La voie extérieure : changer d’environnement pour mettre en action la force d’adaptation naturelle qui modifie l’ADN du vivant en allant dans un environnement de paix, cessant les relations toxiques pour en nouer d’autres avec des êtres bienveillants, développant notre sagesse, nos connaissances et écoutant des enseignements profonds, pratiquant des activités éthiques…

-> La voie intérieure : changer notre monde intérieur en pratiquant l’introspection avec la méditation Vipassana (la vision pénétrante), pour voir émerger nos pensées et intentions et poser notre conscience à l’intérieur, demeurer avec. La conscience y dépose naturellement un médicament, une force de transformation. Il y a purification et élévation de notre niveau de conscience. Voir et ressentir en profondeur nos impulsions et émotions perturbatrices, c’est comprendre et réaliser ce que nous semons. Nous pouvons alors choisir de semer autre chose, voire cesser de semer.

Ces 2 voies, extérieure et intérieure, sont complémentaires et indissociables. Sans le développement de nos connaissances, nous sommes limités par nos facultés de comprendre ce que se joue en nous, empêtrés dans nos filtres habituels  qui ne sont pas assez clairs et sages pour comprendre le niveau plus subtil du karma. Sans nous installer dans des lieux inspirants, paisibles, en contact avec des êtres bienveillants, des sages, nous ne reconnaitrions pas la paix en nous, les qualités d’amour, de compassion…

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

 

___________
En lire plus :
– Karma et transformation de soi
– La roue du Samsara, des renaissances dans nos mondes de souffrance
– Vipassana, changer par l’observation de soi
– Changer de paradigme, ouvrir sa conscience à une représentation karmique

 

2018-12-12T11:21:08+00:00