karma

Accueil/"%s" karma

Karmas, kleshas, qualités naturelles de l’esprit, c’est quoi ?

La vision bouddhiste du karma remonte à la source primordiale d’où tout se manifeste pour prendre ensuite des infinités de déclinaisons selon les cultures (judéo chrétienne, indienne…). Toutes ces approches existent pour de vrai, mais ne concernent pas tout le monde. Selon nos origines, notre culture et nos croyances fondamentales, le karma agit avec différents modes opératoires selon les plans. J’aborde le karma dans sa force créatrice primordiale, en tenant compte des modes opératoires propres à chacun. Au-delà de ces différences, en posant notre attention sur nos actions et surtout nos intentions, nous accédons aux karmas(1), aux kleshas(2) et aux qualités naturelles de la conscience éveillée. Il n’y a rien d’ésotérique ici pour un esprit ouvert, rationnel et un peu éclairé. Les karmas, qualités naturelles et kleshas forment une vaste trame, le programme de base de ce que nous vivons et plus généralement de notre constitution physique, psychologique, émotionnelle, mentale, énergétique, spirituelle.  Ils  agrègent nos intentions et nos actions passées(3) et actuelles. Il sont à l’origine de ce que nous projetons dans le monde et qui nous revient sous forme de facilités ou d’obstacles, de qualités ou de faiblesses, de ressentis agréables ou désagréables, de conditions de vie aisées ou difficiles, de relations enrichissantes ou toxiques…


(1) Tendances résiduelles à la base de notre personnalité, aussi bien de nos qualités que de nos faiblesses. Ils sont dit positifs ou négatifs dans le sens où ils amènent à vivre des situations de bonheur ou de souffrance.
(2) Conditionnements, filtres et émotions perturbatrices à l’origine de nos limites cognitives, émotionnelles et sensorielles et à la source de nos intentions
(3) En fait, des intentions qui se rejouent dans le moment présent, d’instant en instant, en même temps, puisque le temps n’existe pas sur un plan subtil.arm

Au coeur de nos conditionnements

En occident, nous sommes attachés aux émotions, nous nous y identifions tout comme nous donnons des qualités à l’autre sur la base de ces émotions.
Je suis colérique, il est jaloux, j’aime sortir et m’amuser entouré d’amis, elle est dans la compétition et veut gagner, ils sont orgueilleux / imbus d’eux-mêmes, ils voient le monde à travers leur prisme sans s’intéresser aux prismes des autres, nous sommes insatisfaits, nous avons une compréhension limitée des choses, notre spectre cognitif est conditionné, il croit toujours en la malveillance des autres…
Toutes ces façons d’être, ces comportements, ces traits de caractère tels qu’on les envisage en occident, sont dans la compréhension bouddhiste des kleshas, des émotions perturbatrices / afflictions racines à l’origine des perceptions erronées, des croyances limitantes de toutes natures, des restrictions cognitives, des filtres mentaux et émotionnels. Ce sont eux qui nous poussent dans nos actions, qui leur donnent leurs formes, qui les déterminent. Nous en sommes parfois conscients, mais le plus souvent totalement inconscients. Ils nous emportent et nous nous disons « je suis comme ça », « il est comme ça ». C’est de cette supposée fatalité que nous nous extrayons avec les pratiques de méditation introspective pour voir, d’acquisition de sagesse pour savoir et de lâcher-prise pour transformer. Nous ne sommes condamnés à rien, si ce ne sont les croyances dans lesquelles nous acceptons inconsciemment de nous limiter, de nous enfermer.
En allant encore plus loin, ces kleshas sont les causes de nos karmas, tout en étant les conséquences. Sans eux, nos actions seraient justes, sans intentions égotiques, sans illusions, sans attachements, sans filtres. Sans eux, c’est la liberté intérieure.
J’ai construit ma pratique professionnelle sur cette base et dans cette optique : les kleshas et les karmas sont des conditionnements de notre esprit dont nous pouvons nous libérer.
Christelle Hauteville-Chadorla

L’esprit de satisfaction – Voeux 2021

Des couleurs, de la lumière, de la bonne entente,
Souvent, la vie s’embellit d’un rien.
Les visages s’illuminent en cascade,
Je te vois, je te souris, je t’aime.
Pour cette année 2021,
Je vous souhaite les yeux ouverts pour voir ce qui vous entoure,
Je vous souhaite le sourire facile pour accueillir votre environnement,
Je vous souhaite le coeur débordant pour aimer ce que qui est déjà là.
Nous cherchons ailleurs ce dont nous pensons manquer
Alors que nous avons bien souvent des trésors cachés autour de nous.
Regarder les qualités de notre entourage au lieu de leurs défauts,
Remercier les soutiens obtenus au lieu de l’absence.
Nous pouvons toujours manquer de quelque chose,
De respect, d’aide, d’amour, d’aisance financière, de grandeur…
Mais nous manquons surtout de l’esprit de satisfaction
Savoir être satisfait est notre plus grand trésor.
En cette année 2021, je vous souhaite de vous installer dans l’esprit de satisfaction
Etre satisfait de qui vous êtes et vous ancrer dans votre vie
Etre satisfait de ce que vous faites et poursuivre vos actions en accord avec vos valeurs
Etre satisfait de ce que vous avez et partager avec votre entourage
Un fauteuil et la satisfaction de s’y asseoir confortablement
Un compagnon de vie et la satisfaction de faire son bonheur
Un animal de compagnie et la satisfaction de partager l’affection
Un repas et la satisfaction d’avoir à manger
Un toit et la satisfaction d’être à l’abri
Des amis et la satisfaction d’être soutenu
En cette année 2021, je vous partage l’esprit de satisfaction.
Belle année 2021
Christelle Hauteville-Chadorla
avec Khenpo Trinley Gyaltsen bien sûr, incarnation de la satisfaction

Soyons l’artisan de notre destin.

Suivons notre maitre intérieur.
Soyons l’artisan de notre destin.
Que nous choisissions les chemins intérieurs ou extérieurs,
que nous les pratiquions alternativement,
nous foulons tous notre vie
pas après pas,
actes après actes,
mots après mots,
choix après choix.
Ne nous laissons jamais limiter par les opinions des autres.
Le coeur ouvert, avec persévérance et courage,
remercions-les, et poursuivons notre voie.
Notre persévérance et notre authenticité nous mèneront à une vie juste,
que nous ne regretterons pas.
Les évènements extérieurs sont le décor de notre vie.
Le évènements intérieurs sont le moteur de nos actions.
Démarrons à l’intérieur,
de notre ventre,
de notre coeur,
et cheminons vers l’extérieur pour embellir, sublimer, pacifier.
Choisissons cette belle journée, ce bel été, cette belle année, cette belle vie, ce beau cheminement,
et faisons de notre vie une oeuvre.
Incarnons nos idéaux, nos valeurs.
Suivons notre maitre intérieur.
Soyons l’artisan de notre destin.

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

Karma, dans le sens bouddhiste… en quelques mots

« Dans le sens bouddhiste du karma, aucun code culturellement conditionné ne définit un comportement comme bon ou mauvais. Il n’y a pas de règle à enfreindre ni à respecter. … La définition traditionnelle d’un comportement non vertueux est un comportement qui entraine un résultat indésirable. Ce résultat est double : il affecte la vie de ceux qui peuvent être victimes de ce comportement indésirable, tout en troublant l’esprit (Sem en tibétain, qui signifiant continuum mental, processus de cognition) de celui qui a commis ce comportement. Ce qui, à son tour, crée les conditions d’un futur comportement non vertueux et entrave les possibilités d’actes vertueux (aux conséquences souhaitables).
Ce qu’il faut, c’est ne pas seulement comprendre le karma en termes d’effets extérieurs, mais reconnaitre ses effets sur l’esprit (continuum mental) lui-même. L’esprit est la source de notre libération. Il ne s’agit donc pas simplement de regretter une mauvaise action, ou ce que nous avons pu faire ou dire de blessant. Il s’agit d’établir si notre comportement, minute après minute, entretient l’esprit de clarté ou contribue à l’ignorance et à la confusion ».

De la confusion à la clarté
Yongey Mingyur Rinpoché

3j – Libération émotionnelle et karmique pour soi – 12, 13, 14 juillet 2020

Cette formation accueille max. 8 personnes.

Libération émotionnelle et karmique pour soi – Formation 3j
3 jours pour vous libérer par vous-même

Durant ces 3 jours de formation, d’expérimentation et d’exercices, vous entrerez dans l’univers de la karmathérapie, de la libération karmique. Vous pratiquerez la méditation introspective (Lakhtong ou Vipassana), basée sur la méditation du calme mentale (Chiné ou Shamata) sur vous, pour vous libérer de vos émotions perturbantes, de vos trames karmiques, des mémoires des vies antérieures et des samskaras (tendances résiduelles inconscientes à la base de votre personnalité). Vous pourrez y voir les karmas en action actuellement, causes de certains de vos tourments, émotions, peurs ou croyances. Dans notre travail, nous portons notre attention et notre concentration sur la libération et par conséquent sur la dissolution de ce qui vous entrave et donc des karmas négatifs. En plus, vous expérimenterez une immersion dans vos karma bénéfiques, vos qualités fondamentales, pour les faire grandir.
Au-delà des régressions dans les mémoires des vies antérieures pour vous libérer, vous alléger, la karmathérapie est avant tout une thérapie par la sagesse et la conscience, la méditation et le non-jugement.

Cette formation est destinée :
– à ceux qui veulent trouver des voies de libération de leurs tendances récurrentes, karmiques,
– à ceux qui veulent prendre un temps pour eux, entrer en eux avec des introspections et des méditations guidées, pour mieux se connaitre et mieux comprendre ce qui les entrave dans cette vie et comment se libérer, transformer
– à ceux qui veulent « voir » avant de suivre la formation longue de Karmathérapie (180h)

En savoir plus sur la 
KARMATHERAPIE

TARIFS et CONDITIONS

Tarif en groupe : 390 € – 100 € à l’inscription
Payables en 1 à 3 fois
9h30 – 16h30 (Pause déjeuner d’une heure)
Des méditations et exercices pourront être donnés à faire à la maison.
Possibilité de déjeuner sur place en apportant votre repas : terrasse ou cuisine à disposition
Hôtels et chambres d’hôtes à proximité.

=> Pour un stage en individuel sur une autre date :
2 séances/j soit 2h30 à 3h : 2j 280 € – 3j 420€

Introspection, changer par l’observation de soi

Karmathérapie
Thérapie basée sur la méditation introspective, soutenue par l’hypnose et le Reiki.

La méditation introspective (méthode Vipassana)

Avec la méditation introspective, nous comprenons notre propre nature en observant les différents éléments qui nous constituent : corps, sensations, perceptions, tendances habituelles, croyances… tout ce dont l’égo se nourrit.
En observant pensées, émotions, images mentales… nous établissons des connexions, des relations de causes / effets. Comment nos émotions dirigent nos sens (entendre ou ne pas entendre par exemple), comment nos intentions orientent nos actions (attaquer / me cacher / rationnaliser ou apaiser). Nous voyons alors notre mode de fonctionnement, nos samskaras en sanskrit (facteurs karmiques) et comment ils ont modelé nos sens, notre personnalité, nos situations de vie, notre vie toute entière. Ces prises de conscience sont à la base de la guérison.

Karma, méditation introspective et personnalité

Notre personnalité est le fruit du karma. Il ne s’agit pas uniquement de regarder nos actions. Nous observons comment notre personnalité s’est formée et se modifie en permanence, en interdépendance avec nos actions.
Agir d’une certaine façon amène certains fruits et cela façonne notre personnalité, notre caractère. La façon dont nous gérons une situation est le reflet de notre personnalité et donc de nos tendances karmiques. Pour changer notre caractère, nos facultés, nous menons une introspection : Qu’est-ce que je ressens ? Comment est-ce que je perçois les choses ? Quelles images mentales me viennent dans telles situations ? Est-ce que je veux les garder ou les transformer ? Qu’est-ce que je souhaiterai à la place ? Qu’est-ce qu’il est bon que je fasse pour moi ?
Cognition et émotions sont liées. En karmathérapie, nous entrons dans l’émotion, dans sa représentation et la comprenons en la revivant en visualisation (avec une conscience élargie ou en dissociation si nécessaire). Il n’y a pas de séparation entre pensées et ressentis, entre compréhensions et expériences.

Limite de Vipassana

Toute personne peut voir plus clairement en elle grâce à la karmathérapie. Une personne ayant atteint un certain degré de lucidité aura certes une connaissance plus pénétrante, plus subtile, plus vaste qu’une personne ne possèdant pas ce degré de lucidité. Cependant la technique permet à tous de faire grandir son niveau de conscience, avec le processus d’entretien, l’hypnose, les prises de conscience, l’application des antidotes. Tout ceci participe à l’élévation de conscience. Nous sommes tous limités par notre potentiel, mais chacun peut aller au-delà de son niveau de conscience ordinaire.

Technique de méditation introspective

La technique est très simple sur le principe : s’installer dans son ventre, focaliser sur un point d’attention et poser la conscience sur ce qui s’élève à l’intérieur, pour connaître toute chose de l’intérieur.
Le karmathérapeute vous accompagne dans cette démarche pour faciliter la concentration, la focalisation, l’acceptation et la transformation de ce que vous voyez. Vous partez de ce qui est là et visible en état de conscience modifié, réalisez de quoi c’est fait grâce au questionnement du thérapeute, transformez, lâchez et conscientisez ce qui a changé.

Méditation introspective et Karmathérapie

Nos schémas cognitifs et émotionnels ne sont pas simples à dissoudre. Nous devons voir qu’ils reposent sur des illusions, des erreurs de jugement, des situations passées qui n’existent plus…  pour les lâcher, ne plus les suivre. Ils sont réels, nous les vivons, nous ne pouvons les nier. Mais ce sont des projections reposant sur des mémoires obsolètes et déformées, sur des liens aléatoires et erronés.
Nos expériences passées nous ont mené là où nous sommes, tels que nous sommes, mais notre devenir reste à cultiver. Quel que soit nos perturbations dominantes (difficulté à apprendre ou prendre des décisions,  insatisfaction, envie, trop grande importance accordée à soi, désirs incessants, attachement, colère, mauvaises pensées, naïveté…), nous pouvons les transformer en comprenant comment nous les avons créés et quoi changer en nous, pour des modifications durables.
Les expériences de cette vie ne sont pas les seules à nous avoir construit, nous arrivons avec un programme que la karmathérapie nous aide à décoder et modifier. Sans jugement, juste en prenant conscience et faisant autrement.

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

Karma et transformation de Soi

« Je peux devenir ce que je veux être et ne plus être ce que je suis déjà »

Influencer notre évolution, encourager à aller de l’avant, au-delà de ce que nous sommes aujourd’hui pour ne pas demeurer embourbés dans toutes les formes de mal-être, de culpabilité et de mésestime de soi, si présents à notre époque et dans nos cultures occidentales, voilà la perspective profonde et bouddhiste du karma.

Toute souffrance ressentie est issue de nos propres actes passés. Il en va de même de nos joies. Dans cette vision, nous sommes responsables de notre propre situation. Nos pensées, nos paroles et nos actions, d’instant en instant, conditionnent et donnent une orientation à notre futur. Nous devenons ce que nous faisons. Nous sommes tels que nous sommes du fait d’actions passées. Mais point de fatalisme, au contraire, un mouvement permanent, un jeu ininterrompu de causes et conséquences.  Si je change aujourd’hui, je serai différent demain.

La compréhension du karma permet d’appréhender ce qui caractérise un individu, ce qui lui est inhérent, propre, ce qui est à l’origine de sa constitution physique, émotionnelle, psychique, spirituelle…  ce qui est conditionné dans le moi. Il vise aussi à appréhender les coproductions avec d’autres (interdépendance).

Cette approche nous permet d’influencer et modifier le cours de notre karma. Pour cela, nous orientons notre regard à l’intérieur même de notre courant de conscience. Nous reconnaissons nos habitudes, nos tendances. Nous développons ainsi la conscience de nous-même, de notre mode de fonctionnement interne et décidons d’agir différemment et de devenir une autre personne, selon notre perspective.

Dans cette approche karmique de transformation de soi, il n’y a pas de loi suprême ni de jugement extérieur, juste nos actions, nos paroles, nos pensées et leurs conséquences. Il n’y a qu’une loi, celle de notre propre Conscience supérieure (notre sagesse). C’est ainsi que nous pouvons nous transformer en profondeur, en étant libre d’influencer notre devenir selon nos propres convictions et nos propres perspectives.

 

Christelle Hauteville-Chadorla
Karmathérapeute, Coache spirituelle, Formatrice Reiki et karmathérapie
www.harmoniecroissance.com

 


[1]Concept du karma tel que le Bouddha l’a enseigné et repris dans les premiers soutras, d’après Traleg Kyabgon dans son livre « Le karma »

Perceptions, karma et pleine conscience

Nos perceptions sont ainsi faites que nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont, mais passées à travers des filtres de croyances, de sensations, de perceptions, de cultures, de limites, etc. Ces filtres sont construits par le karma, à l’origine de notre constitution physique, émotionnelle, psychologique et spirituelle.
Le plan karmique est donc la source de nos illusions et de notre manque de conscience tout comme il est le réceptacle des nouvelles tendances que nous créons et renforçons à chacune de nos actions, de nos paroles et de nos pensées / intentions.
Sans karma, le dessin (en bas du texte) serait perçu pour ce qu’il est, dans toutes ses dimensions. Selon le plan de conscience, la perception varie :

  • sur un plan ordinaire : une jeune fille ou une vieille dame selon le côté du cerveau qui s’anime à son contact
  • sur un plan conscient, une jeune fille et une vieille dame selon le côté du cerveau que nous activons consciemment pour  nous permettre d’accéder aux différents aspects de la même chose
  • sur un plan karmique, ce dessin est révélateur de nos tendances : nous voyons une vieille dame acariâtre si la colère a imprégné notre conscience, une jeune femme distinguée de la haute société si l’orgueil prédomine, une vieille femme pauvre et triste si l’insatisfaction et le manque prédominent, rien de précis si la confusion et l’opacité mentale se sont installées… Les interprétations sont illimitées, autant que les facteurs karmiques sont variés.
  • sur un plan non duel, ce dessin est le résultat de la combinaison d’une feuille, d’un crayon mine, de l’intention du dessinateur et des lecteurs ; avec aussi l’arbre qui a donné la feuille, l’eau, le vent et la terre qui ont nourris l’arbre, le ciel et l’espace qui donne un contenant à tout cela… et tout ce qui est intervenu dans la chaine de composition de ce dessin et dans les perceptions de ceux qui regardent. Sur ce plan non duel, nous percevons le jeu des causes et conséquences.

Ce mode de fonctionnement s’applique à tout ce que nous percevons, donc à tout ce avec quoi nous entrons en contact : le monde, la vie, l’idée de soi, la matière, le divin, les autres… Quelque soit la perception que nous nous en fassions, ce n’est pas une vérité absolue, une réalité fixe, tangible, ce n’est que l’expression de nos tendances karmiques.
Dans cette compréhension, c’est en déposant notre conscience sur nos perceptions que nous ferons grandir notre compréhension de l’illusion toujours à l’oeuvre, de la non fixité de toute chose et donc du potentiel de changement illimité que nous avons en nous.
Concrètement, nous observons comment intérieurement nos perceptions s’élèvent, sur quelles croyances, peurs, illusions et connaissances limitées elles se basent pour prendre telles ou telles formes, agréables ou désagréables. Cette observation bannit tout jugement. Observer et garder la neutralité pour ne plus être emportés par nos jugements ou autrement dit par les hypothèses que nous posons sur chaque chose. Alors la clarté pourra grandir. Cette clarté permet de voir distinctement ce qui se joue en nous : sensations, émotions, perceptions, réactions. Dans cette vision claire, que nous pouvons appeler aussi pleine conscience ouverte et non duelle, nous pouvons décider de changer nos réactions, nos paroles, nos intentions pour un meilleur, vers moins de souffrance et plus de joie, de bien-être et ultimement de liberté intérieure.
Il faut bien comprendre que remettre de la conscience et de la clarté demande persévérance et investissement, apprentissage et expérimentation, réflexion et méditation, avancées et stagnations, découvertes et prises de consciences. C’est un travail de moyen ou long cours, selon votre perspective d’évolution, votre situation actuelle, votre potentiel, votre persévérance dans l’application des antidotes et votre confiance dans le processus complet.

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

Orgueil, chérissement de soi et souffrances de manque de reconnaissance, d’injustice

Comment appréhender les souffrances exprimées par des sentiments de ne pas être à la hauteur, d’injustice, d’être tout(e) petit(e) et de manque de reconnaissance en Karmathérapie et Libération émotionnelle ?

Dans la psychologie bouddhiste, souffrir de ces sentiments relève de l’émotion perturbatrice* de l’orgueil, ici dans sa forme de chérissement de soi. L’importance que je pense ou veux avoir, qu’elle soit consciente ou inconsciente, n’est pas la réalité de ma vie et j’en souffre. Ce que je suis n’est pas à la hauteur de ce que je voudrais être. 

Il faut bien comprendre que dans cette approche psychologique, nos émotions (kleishas – nyeumongs) ne sont que l’expression de notre karma. Le problème n’est donc jamais extérieur, il est toujours intérieur. D’ailleurs, bien souvent, les personnes ont déjà adopté moult stratégies pour s’élever, être reconnues, se montrer plus grandes. Mais cela n’a jamais apaisé leur mal être intérieur. Car le fond du problème est l’écart entre l’idée que j’ai de moi et la réalité ressentie.

En karmathérapie nous travaillerons sur l’image de notre propre grandeur. En quoi méritons-nous mieux, plus ? Nous observons comment les tendances karmiques sont en recherche d’expression de pouvoir, de puissance, de grandeur… Car pour créer le sentiment de ne pas être à la hauteur, il faut avoir en soi la notion de ma hauteur plus élevée. Car pour créer le sentiment d’injustice, il faut avoir en soi la croyance de mériter mieux ou plus. Car pour créer le sentiment d’être tout(e) petit(e), il avoir en soi l’image de notre grandeur. Car pour créer le sentiment de manque de reconnaissance, il faut avoir en soi l’idée d’être vu, d’être important, de compter. Tout cela n’est pas faux, ou mal, tout cela est souffrance. L’idée est donc d’observer notre propre idée de nous-même, toujours inconsciente et toujours cachée derrière des croyances mises en place pour rendre tout cela supportable, pour nous cacher à nous-même ces injonctions.  Bien souvent, et même toujours si l’accompagnement est réalisé avec sagesse, nous en rions quand nous les voyons, tellement elles sont disproportionnées, en décalage avec notre réalité présente. Ce ne sont que des mémoires de moments de grandeur, de moment de puissance… bien souvent à l’origine de négligences, d’actions erronées.

En regardant sous hypnose ces émotions et les recontextualisant (J’étais grand et ensuite j’ai chuté, d’où ma situation actuelle par exemple), nous prenons conscience que ce que nous cherchons au fond de nous ne nous apporterait pas ce que nous voulons aujourd’hui. Nous prenons conscience de nos illusions intérieures, comme des liens effectués entre grandeur, puissance et actions bienveillantes par exemple. En posant notre conscience à l’intérieur de ce trio, nous voyons que la grandeur a instrumentalisé les actions bienveillantes pour se grandir elle-même. En réalisant de telles compréhensions, nous lâchons l’idée de grandeur et nos sentiments de ne pas être à la hauteur, d’injustice, d’être tout(e) petit(e) et de manque de reconnaissance se dissolvent. Complètement ou partiellement, selon les maillages de croyances et d’illusions dont nous sommes constitués. Que se passe-t-il alors pour la personne ? Les actions bienveillantes qu’elle envisage ne sont plus soumises à son besoin de grandeur, de reconnaissance. Autrement dit, les intentions ont changé. La bienveillance, libérée de la puissance et de la grandeur, agit librement, par compassion et amour, deux qualités fondamentales de l’esprit. 

Voici une approche illustrée de la psychologie bouddhiste, et de l’émotion perturbatrice d’orgueil, de chérissement de soi, ou encore d’importance accordée à soi. Elle n’est pas représentative d’une globalité, mais pose un prisme pour mieux illustrer les postulats de cette approche et ses apports.

Christelle Hauteville-Chadorla
Formatrice & Thérapeute – Philosophe
www.harmoniecroissance.com

________
*Kleisha en sanskrit, Nyeunmong en tibétain

Go to Top