femmes décideurs

Accueil/"%s" femmes décideurs

Ma double culture, française et bhoutanaise

Je suis française de naissance et d’éducation. Je suis bhoutanaise d’aspiration et de coeur. Je suis bouddhiste d’extraction et de constitution.
Ce qui m’inspire le plus, c’est l’image au fond de moi qui me porte à revenir dans mes qualités chaque fois que je m’en éloigne. Je vois une femme, âgée, ridée, un mala à la main, récitant des mantras, le regard rieur, le sourire quelque peu édenté et permanent, le coeur chaleureux, le mot bienveillant, le geste altruiste et l’esprit tellement grand que tout y est contenu. Elle doit être au Bhoutan, à n’en pas douter, en tout cas elle en a tous les attributs. Cette image me porte. Parfois, quand dans ma vie j’ai des velléités de m’investir dans des affaires mondaines comme des travaux dans la maison, je revois cette femme et je cesse, je n’ai pas besoin de mieux. Quand je me prend à faire des projets pour l’avenir, je revois cette femme et j’ouvre mon esprit pour accueillir ce qui vient. Quand je me prend à être heurté par une personne ou une situation, je revois cette femme et mon coeur s’emplit de compassion.
Cette femme n’est pas autre, c’est l’expression de ma culture bhoutanaise. Quand je la regarde avec plus d’acuité, je vois Tara, et encore au-delà Yum Chenmo, la perfection de la sagesse. Voilà ce qui m’inspire, voilà ce qui me tire. Voilà mes représentations, sans ostentation. Je les accepte maintenant que je les connais. Je ne suis pas elles, elles ne sont pas moi. Elles agissent à travers moi. Elles sont là, constamment, à orienter ma vie.
Dans cette culture bhoutanaise, c’est la sagesse bouddhiste qui m’habite particulièrement. Parce que c’est ma nature profonde, c’est ce qui m’agit, c’est l’origine de tous mes actes vertueux et c’est ce qui a été le moteur de toutes mes actions bénéfiques et de ma vision de la vie. C’est également la vue et la perspective que j’ai au plus profond de mon être.  Etre de culture bouddhiste et bhoutanaise, comme j’aime à le dire, c’est reconnaitre au fond de soi les enseignements de Bouddha et consacrer sa vie à les appliquer. Ici religion, culture, sagesse, éducation, éthique, vertu… tout cela fait partie de la même sphère : l’art de la paix.
Etre de cette culture, c’est être un homme ou une femme de l’intérieur. En tibétain, cela se dit Nangpa. C’est la certitude que tout se joue en nous. Nous vivons en introspection, quitte à nous éloigner du monde, totalement ou partiellement. Pour ma part partiellement, car j’ai toujours conduit mon chemin en parallèle en cherchant à appliquer cette sagesse dans ma vie, à tous les niveaux, aussi bien dans ma vie intérieure que dans ma vie extérieure. Je n’y arrive pas toujours, loin s’en faut, mais je m’applique et persévère.
Et nous voilà au premier mot clé de ma vie : sagesse(1). C’est la sagesse qui m’aspire et m’inspire sur cette voie. Je n’ai qu’un seul juge, la sagesse. Je n’ai qu’un seul maitre, le maitre intérieur.
Mon deuxième mot clé est : libération.
Et mon tout forme mon troisième mot clé : liberté intérieure.
Voilà ce qui m’anime. Voilà ce qui constitue la base de ma conscience, et au-delà. Voilà ce qui est à l’origine de l’assemblage nommé dans cette vie Christelle. Et bien d’autres choses, mais le reste est une autre histoire, plus rocambolesque et périlleuse, que vous pouvez lire dans d’autres posts, sur d’autres pages, sur d’autres sites.
Ceci est ma profession de foi, tout en étant ma nature profonde, tout en étant mon aspiration.
Et vous, quelle est votre profession de foi ? Qu’est-ce qui vous anime ? Qu’est-ce qui vous agit ?

Christelle Hauteville-Chadorla

______
(1)  La sagesse allie éthique, conscience globalisée des autres et de soi, authenticité, connaissances profondes, discernement, raison & intuition, sens du vertueux et perspective libératrice des carcans et du conformisme. Christelle Hauteville-Chadorla

Message aux baroudeurs, égarés… ou pas

On m’a dit au lycée « Tu n’arriveras à rien si tu n’es pas plus sérieuse. »
On m’a dit lors d’enseignements « C’est n’importe quoi tes questions ! »
On m’a dit dans certains réseaux « Ah, c’est intéressant.         .»
Aujourd’hui je réponds…
A vous professeurs au lycée « J’ai compris que l’école française n’enseignait pas ce qui m’intéressait vraiment, elle le tait. J’ai alors cherché ailleurs et j’ai longuement et sérieusement étudié au point d’enseigner à mon tour. »
A vous, comparses de recherche d’enseignements « Je suis contente d’avoir trouvé la force de poser mes questions. Les réponses, je les ai reçues comme des messages personnels et mon esprit s’est clarifié. »
A vous, chers réseaux « Nous nous rassurons dans nos similitudes, mais nous nous enrichissons de nos différences.»
Aujourd’hui, je vous dis…
Lancez-vous dans le bain de la recherche, investissez les différences, baroudez dans les autres cultures, explorez vos peurs et attentes limitantes. Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus à chercher, plus à attendre. Jusqu’à ce que tout soit là, accessible depuis votre esprit ouvert. Et soyez là pour accueillir ce que vous ne connaissez pas encore. C’est dans cet inconnu que se trouvent les pépites qui nous porteront tous plus loin, plus grands, plus signifiants.
Allez chers baroudeurs, mettez vos habits d’explorateurs, devenez des Indiana Jones de votre quartier, de votre ville, de votre région, de votre pays, du monde et même des autres mondes encore inconnus. Dépassez les limites actuelles, perdez vous un peu, même beaucoup. Et ramenez avec vous l’illimité.
Et pour les moments où vous vous sentez seuls sur le chemin, un petit mot de Bouddha « Et si tu ne trouves pas d’ami sage, prêt à cheminer avec toi, résolu, constant, marche seul, comme un roi après une conquête ou un éléphant dans la forêt. »
Christelle Hauteville-Chadorla

Une femme libre

Une femme libre ose le pouvoir, pour inclure et élever.
Une femme libre ose la soumission, pour veiller et apaiser.

Etre une femme libre, c’est choisir avec conscience.
Etre une femme libre, c’est décider sans compromission.
Etre une femme libre, c’est rayonner sa présence avec naturel.
Etre une femme libre, c’est oser sans rien avoir à prouver.
Etre une femme libre, c’est porter le temps nécessaire puis laisser être.
Etre une femme libre, c’est allier le féminin et le masculin.
Etre une femme libre, c’est refuser avec compassion.
Etre une femme libre, c’est être égal avec foi.
Etre une femme libre, c’est être soi, sans chercher à être ni une femme ni un homme.
Etre une femme libre, c’est être femme sans le savoir, sans le vouloir.
Etre une femme libre, c’est être, sans chercher à l’être.

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

Lire aussi autour du même thème : Etre libre de nous-même

 

Soyons l’artisan de notre destin.

Suivons notre maitre intérieur.
Soyons l’artisan de notre destin.
Que nous choisissions les chemins intérieurs ou extérieurs,
que nous les pratiquions alternativement,
nous foulons tous notre vie
pas après pas,
actes après actes,
mots après mots,
choix après choix.
Ne nous laissons jamais limiter par les opinions des autres.
Le coeur ouvert, avec persévérance et courage,
remercions-les, et poursuivons notre voie.
Notre persévérance et notre authenticité nous mèneront à une vie juste,
que nous ne regretterons pas.
Les évènements extérieurs sont le décor de notre vie.
Le évènements intérieurs sont le moteur de nos actions.
Démarrons à l’intérieur,
de notre ventre,
de notre coeur,
et cheminons vers l’extérieur pour embellir, sublimer, pacifier.
Choisissons cette belle journée, ce bel été, cette belle année, cette belle vie, ce beau cheminement,
et faisons de notre vie une oeuvre.
Incarnons nos idéaux, nos valeurs.
Suivons notre maitre intérieur.
Soyons l’artisan de notre destin.

Christelle Hauteville-Chadorla
www.harmoniecroissance.com

Go to Top