“Dans le sens bouddhiste du karma, aucun code culturellement conditionné ne définit un comportement comme bon ou mauvais. Il n’y a pas de règle à enfreindre ni à respecter. … La définition traditionnelle d’un comportement non vertueux est un comportement qui entraine un résultat indésirable. Ce résultat est double : il affecte la vie de ceux qui peuvent être victimes de ce comportement indésirable, tout en troublant l’esprit (Sem en tibétain, qui signifiant continuum mental, processus de cognition) de celui qui a commis ce comportement. Ce qui, à son tour, crée les conditions d’un futur comportement non vertueux et entrave les possibilités d’actes vertueux (aux conséquences souhaitables).
Ce qu’il faut, c’est ne pas seulement comprendre le karma en termes d’effets extérieurs, mais reconnaitre ses effets sur l’esprit (continuum mental) lui-même. L’esprit est la source de notre libération. Il ne s’agit donc pas simplement de regretter une mauvaise action, ou ce que nous avons pu faire ou dire de blessant. Il s’agit d’établir si notre comportement, minute après minute, entretient l’esprit de clarté ou contribue à l’ignorance et à la confusion”.

De la confusion à la clarté
Yongey Mingyur Rinpoché