« Tout est possible, même le pire ! ». Je fus sidérée, littéralement, d’entendre cela un jour où je suggérais que tout était possible dans la vie, dans l’idée que nous étions plus libres que nous le pensions, que tout était possible, même le meilleur. J’ai compris à cet instant une composante fondamentale de la psyché : il faut réduire le champ des possibles car trop de possibles, trop de liberté, est anxiogène. Nous le constatons autour de nous : nous mettons en place des conformités, des certifications, des normes sociales, professionnelles, morales… pour rendre la vie plus sûre, pour que chacun puisse croire qu’ici, c’est connu et reconnu et qu’il peut y aller sans risque.
Pour moi, c’est l’inverse. C’est l’obligation de suivre une voie tracée par d’autres qui alimentait mon anxiété. Allais-je un jour pouvoir faire ce qui me semble juste ? Allais-je pouvoir vivre selon mon sens des vertus ? Allais-je pouvoir m’extraire des carcans, d’une morale et d’une conformité qui me semblaient plus anormaux que normaux ?
Mais qu’est-ce qui nous empêche d’explorer le monde et tous nos possibles avec l’esprit d’aventure et de découverte ? Rien, si nous n’avons pas peur de sortir de la normalité toute factice, floue et illusoire qui nous invite à faire comme les autres (en apparences !).
Je l’ai fait. Sortir de la normalité, c’est à la fois grisant, déstabilisant et quelque peu effrayant. Nous entrons dans l’inconnu et nous créons notre vie pas après pas. Mais une fois habitué à suivre notre conviction intérieure, quel soulagement ! Quel bonheur ! Tout devient plus juste. La normalité s’inverse. Nous nous sentions anormal au milieu de la normalité ambiante. Nous sommes devenu normal au sein de notre propre référentiel, et peut-être même avons-nous contribué à réinventer la normalité ambiante, au moins l’avons-nous influencée pour qu’elle intègre plus de possibles.
Et vous, vous sentez-vous normal ? Anormal ? Un anormal qui cherche sa normalité ? Un normal qui s’est éteint dans la normalité ? Ou bien vivez-vous déjà votre propre normalité, différente de celle des autres, en toute simplicité peut-être ?
Christelle Hauteville-Chadorla