Surmonter la peur, réveiller la confiance

Parmi les principaux obstacles au courage sont les habitudes qui entretiennent les illusions. D’ordinaire, on ne se permet pas de faire pleinement l’expérience de soi-même. Autrement dit, on a peur de se regarder en face. Bien des gens sont embarrassés par l’idée de se regarder en face. Bien des gens sont embarrassés par l’idée de ressentir l’essence la plus intime de leur existence. Beaucoup cherchent une voie spirituelle dans laquelle ils n’auraient pas besoin de se regarder en face pour se libérer (pour se libérer d’eux-mêmes en fait). En réalité, c’est tout à fait impossible. On ne peut pas faire cela. L’honnêteté envers soi-même est indispensable. On doit voir les tripes, le marasme, les parties les moins désirables. Il faut les regarder. C’est le fondement de l’art du guerrier (Homme brave), la base d’où il peut s’élancer pour conquérir la peur. Il faut regarder sa peur en face, l’examiner, l’étudier, travailler avec elle, pratiquer la méditation avec elle… Et abandonner son intimité avec soi-même, ses inhibitions. On ouvre son cœur et toute son existence au reste du monde. (Notre intimité n’est plus notre jardin secret, notre part d’ombre). C’est comme ouvrir un parachute. Si on saute d’un avion et qu’on ouvre un parachute, on est tout seul dans le ciel. Cela fait parfois très peur, mais une fois cette étape franchie, toute la situation, le cheminement prend son sens. Il faut laisser tomber ses inhibitions, tout simplement. On laisse tomber son intimité, sa timidité. Alors on peut être une personne vraie, qui n’a plus à clamer ce qu’elle est, qui ne le recherche plus. On n’a pas à être ceci ou cela. On est, tout simplement. On commence à voir alors qu’il y a en soi quelque chose de fondamentalement bon, qui transcende même l’idée de bon ou mauvais. Il y a quelque chose de valable, de bénéfique, de sain.
La méditation est la clé pour se voir soi-même et pour voir au-delà de soi. Se voir soi-même, c’est le premier aspect, c’est découvrir toutes ces choses épouvantables qui se passent en soi. Mais il n’est pas si mauvais d’examiner les possibilités et les réalités que cela implique. Si vous entreprenez une telle démarche, vous êtes une personne honnête. Elargissez votre vision. Votre honnêteté vous permet de vous rendre compte de votre bonté. Vous possédez vraiment le bouddha dans votre coeur. Vous demeurez dans votre nature de Bouddha.

Chogyam Trungpa
« Le sourire du courage »

2018-12-11T17:32:23+00:00