Réaliser puis enseigner la méditation introspective

Voilà 3 mois 1/2 que mon époux, Khenpola, est parti au Bhoutan pour s’occuper de sa mère, qui va très bien désormais. Il rentre ce week-end. Une étape se clôture aussi pour moi. Je ne suis pas partie loin, au contraire je suis restée là, je suis demeurée à la maison presque tout le temps, pour profiter de ces rares moments où l’on peut vraiment être seule et méditer sur des temps longs, chaque jour. Et j’ai passé un peu de temps en famille, en Haute-Savoie, pour me ressourcer et prendre un bol de montagne, d’air et d’amour. J’ai vu l’immensité du ciel, la hauteur des montagnes, la profondeur de mon intériorité, le soleil et l’orage…et le fait que tout cela est la même chose.
Et je suis allée encore plus en profondeur en moi pour régler 2 perturbations : alimentation et critique. Depuis mes 20 ans, il m’arrivait de grignoter (fortement) dans les moments où j’étais seule à la maison, sans projet. TERMINE !!! J’ai enfin pu libérer les tendances sous-jacentes. Et cela a même réduit considérablement le contenu de mes assiettes aux repas. Tout cela était lié à une tendance à me retirer « dans ma boite » dès que mon travail était terminé. Ce vide n’est plus car je ne me retire plus dans ma boite. En prenant conscience de cette tendance, elle s’est dissoute. Pouf, existe plus ! Et je n’ai plus de moment « à vide ». Cela a aussi eut un effet ricochet. J’ai regardé en moi les causes, comment avait été créée cette tendance à me retirer dans ma boite et me retrouver dans le vide. Et j’ai vu que cela était lié à la critique. Me préserver, pour ne pas être sous le feu des critiques. Et pouf, en posant la conscience à l’intérieur, tout s’est dissout. Et tout s’est réorganisé, particulièrement sur le plexus solaire pour moi cette fois. Une force intérieure, une confiance dans ce que je fais et dans la justesse de le faire s’est installée encore plus profondément en moi. Alors est venue la créativité. J’ai créé une nouvelle formation que j’avais à l’idée depuis près de 2 ans, pour compléter la karmathérapie et aller jusqu’à la certification : la libération émotionnelle.
Et savez vous pourquoi j’ai fait cela ? Parce qu’en lisant le livre de Mingyour Rinpoché « Pour l’amour du monde », j’ai pris conscience que ma méditation introspective était identique à la sienne, que mes libérations étaient similaires dans le processus de libération. J’ai compris, c’est réalisé. C’est une expérience réelle. Cela m’a donnée l’autorisation d’oser aller sur un terrain où je n’osais pas, pensant ne pas être encore assez aguerrie. Je me suis toujours interdit d’enseigner ce que je n’avais pas réalisé. Et là, c’est réalisé, alors je peux, alors je fais. Et c’est simple, doux, limpide, évident. Une étape est franchie. Le chemin se poursuit, sous un ciel plus dégagé, les pieds plus légers, la confiance renforcée. Une nouvelle étape débute, pleine d’accomplissements, pour peu que je reste vigilante et bienveillante. Car c’est bien de cela dont il s’agit, n’est-ce pas, au fond ?
Puissiez-vous vous aussi trouver les conditions vous permettant d’effectuer des temps longs de retraite méditative.
Belle journée.
Christelle Hauteville-Chadorla
2019-10-10T12:07:38+00:00