Demeurer et accueillir

Et bien voilà, ma dernière journée de célibataire. Je suis tranquille à écouter le silence de ma maison, la pluie tomber sur les toitures, à profiter de ce cadeau de la vie : une pause, un temps pour se retrouver et pouvoir entrer dans sa nature profonde.

En sachant que Khenpola allait partir pour 3 mois, beaucoup de personnes m’ont dit « Mais qu’est-ce que tu vas faire ? » « Tu vas t’ennuyer toute seule ». Et encore maintenant que Khenpola rentre, des gens me disent « tu ne t’es pas ennuyée ? » « Est-ce que tu es partie ? »

L’enseignement le plus simple et le plus profond de la méditation Chiné (du calme mental, base de l’enseignement du Bouddha) est de DEMEURER. Où que tu sois, quoi qu’il se passe, demeure, laisse passer les pensées, reste concentré sur ton objet de méditation. Mon objet de méditation cet été a été simple : demeure, observe ce qui s’élève en toi quand tu manges, quand tu es en activité, quand tu es au repos, quand tu es seule, quand tu es en enseignement, quand tu es en séance thérapeutique, quand tu fais les courses… Comment aurai-je pu m’ennuyer ? Il se passe toujours quelque chose. Nous nous ennuyons quand nous refusons ce qui est là, et que le vide s’installe. Mais il se passe toujours quelque chose. L’idée n’est pas qu’il ne se passe rien, dans une béatitude isolée et enfermée sur elle-même pour maintenir un état de bien-être illusoire et temporaire. Tout comme il est vain de combattre nos émotions, nos pensées, pour les faire taire, les cacher, les masquer. Non, l’idée est d’accueillir et demeurer avec. Quoi qu’il se passe dans notre vie, extérieure ou intérieure, accueillir, poser la conscience à l’intérieur et demeurer. Voici ma petite phrase fétiche que mes élèves connaissent bien « En déposant la conscience à l’intérieur, la conscience dépose le médicament ».

Dans le fait de demeurer, il y a tout : accepter, ressentir, connaitre, lâcher-prise… Il y a aussi la présence, la confiance, la force. Et encore la joie, la relation, l’interdépendance.

Khenpola rentre demain. Et c’est très bien. J’accueille les moments de solitude et les sublime. J’accueille les moments de partage, d’amour, de co-construction, de compromis, de projet. Et c’est très bien ainsi.

Waouh, un énorme tonnerre vient de gronder juste au dessus de la maison à l’instant, comme si j’étais en conversation avec lui et qu’il était d’accord, un gros D’ACCORD.

Nous cherchons tellement à vivre autre chose, au lieu de sublimer ce que nous vivons maintenant. Rien n’est parfait, dans le sens où nous pouvons toujours trouver des causes d’insatisfactions. Mais où portons-nous notre regard ?

ACCUEILLIR et SUBLIMER. Sublimer notre quotidien. Faire de l’ennui une méditation. Faire d’une soirée entre amie un moment de partage et d’amour. Faire de notre travail un lieu d’expériences et d’apprentissages.

Beau week-end à tous.

2019-10-12T11:30:02+00:00